Brussels Capital Region
Retour aux actualités

Un regard positif sur la sécurité bruxelloise

« Votre regard sur la sécurité » est une enquête régionale menée par Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Interrogés sur leur sentiment de sécurité ainsi que sur les faits dont ils ont été victimes l’année précédant l’enquête, les répondants font état d’un sentiment de sécurité relativement satisfaisant, qui va de pair avec la diminution de la criminalité enregistrée de près de 20% en 10 ans.

48% des résidents, 45% des navetteurs et 77% des touristes ont une appréciation positive de la sécurité en Région de Bruxelles-Capitale. C’est ce qui ressort de l’enquête « Votre regard sur la sécurité » menée de mars à juin 2018 auprès des résidents de la Région de Bruxelles-Capitale, les navetteurs qui y travaillent et les touristes, de loisirs et d’affaires, de passage dans la capitale.  

 « A côté de la criminalité établie à partir du recensement des faits enregistrés, le sentiment de sécurité et la victimation font désormais l’objet d’une mesure spécifique au travers d’une enquête régionale. Envisagée tel un baromètre du ressenti des résidents, des navetteurs et des touristes en matière de sécurité et d’insécurité en Région de Bruxelles-Capitale, celle-ci a également permis d’identifier, de manière structurée, certains phénomènes nécessitant une réponse de la part des services de prévention et de sécurité », explique Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région Bruxelles-Capitale.

Top 3 des situations dérangeantes 

Certains facteurs environnementaux, comme le manque de propreté, la pollution et l’intensité du trafic, sont cités comme dérangeants. Près d’un résident sur deux s’est ainsi dit principalement gêné – de manière fréquente ou continue – par la circulation routière intense (46%) et le manque de propreté (46%), la pollution (44%), la vitesse excessive (41%) et les comportements irrespectueux (35%) sur le territoire et ce, quel que soit le genre du répondant. Proportionnellement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à se sentir gênées par ces situations à l’exception de la circulation intense où les proportions hommes/femmes sont similaires.


Les craintes les plus exprimées…

Les agressions et les vols figurent parmi les craintes les plus souvent exprimées par les répondants des trois groupes interrogés. Pour 38% des Bruxellois, 26% des navetteurs et 20% des touristes, les agressions sont les phénomènes les plus redoutées sur le territoire. La peur d'être victime d'un vol concerne davantage les navetteurs (29%) et les touristes (25%) en comparaison des résidents (7,5%). Par ailleurs, 23% des .navetteurs et 35% des touristes sont davantage préoccupés par le risque d’attentats contre 8% des résidents.


… font le moins de victimes 

Dans les faits, néanmoins, on constate un écart entre les peurs exprimées et la victimation déclarée. En effet,  les citoyens déclarent être surtout victimes de discriminations, remarques et insultes dans l'espace public, vols sans violence et harcèlement. Ce sont les faits les moins redoutés qui ont fait le plus de victimes au cours des douze derniers mois. A l'exception des vols, ces faits sont rarement déclarés auprès de la police, ceci par sentiment d'inutilité ou crainte de ne pas être pris au sérieux.

Réduire le sentiment d’insécurité 

Sur base des résultats de l’enquête, BPS a formulé une série de recommandations à l’attention des autorités et acteurs de la prévention et de la sécurité. Elles visent entre autres l’accueil et la prise en charge des victimes, la sensibilisation ainsi que l’intégration de la sécurité dans l’aménagement du territoire notamment en favorisant une cohabitation harmonieuse des différents modes de déplacement. Le renforcement de la collaboration entre les différents partenaires de la chaine de prévention et de sécurité est également proposé, tant au niveau d’une présence visible accrue que d’une meilleure répartition des tâches. 

Documents :