Brussels Capital Region
Retour à champs d'actions

Atteintes aux biens

Cadrage thématique

Les atteintes aux biens sont des délits très visibles qui ont un impact important sur le sentiment de sécurité des per­sonnes. En font partie les différentes formes de vol, d’ex­torsion, de fraude et de dégradation des biens mobiliers et immobiliers. Avec 87 349 faits enregistrés par la police en 2019, la catégorie des atteintes aux biens représente plus de la moitié (56 %) du nombre total de faits enregistrés en RBC. Et avec 24 757 affaires, plus d’un tiers (36,5 %) d’af­faires entrant au Parquet de Bruxelles. Dans la catégorie des vols, différentes classifications se distinguent par leur mode opératoire. Il y a ainsi les vols simples, comme le vol à la tire, le vol à l’étalage, le vol simple de vélo ou de moto, le vol domestique, etc. Une attention spécifique est accordée aux vols à la tire qui se produisent en Belgique dans plus d’un cas sur deux dans la RBC. Le phénomène a augmenté de 61 % au cours des cinq dernières années pour atteindre 16 855 faits et continue à s’amplifier. 28 % des vols à la tire surviennent dans les transports en commun ou leurs infrastructures (cf. « Mobilité et Transports en commun »). En 2019, 4 595 vols de vélo/cyclomoteur ont été signalés à la police. Ceci représente une hausse de 53 % entre 2015 et 2019. Les victimes de ces vols sont en réalité plus nom­breuses, mais celles-ci ne portent pas souvent plainte.

Bien que les vols avec violence aient diminué au cours des cinq dernières années (-8 % pour les vols avec vio­lence sans arme et -25 % pour les vols à main armée), ces faits sont surreprésentés dans la RBC (respectivement 38 % et 27 % du nombre total en Belgique). Ces phéno­mènes (qui comprennent le carjacking et le homejacking) marquent fortement les victimes, confrontées à la vio­lence, aux menaces et dans certains cas à l’utilisation d’armes. Enfin, cette classification comprend aussi les extorsions, pour lesquelles les auteurs forcent les vic­times à leur céder des informations ou des biens, souvent par ruse, faisant usage de menaces ou de chantage.

Dans le cas du vol aggravé, l’auteur pénètre par effrac­tion, escalade ou fait usage de fausses clés dans des bâtiments ou véhicules. Quantitativement, les vols dans/ sur véhicules et les cambriolages sont un des phéno­mènes les plus enregistrés. En 2019, 11 831 vols dans/ sur véhicules et 7 096 cambriolages dans les habitations ont été commis en RBC, des phénomènes qui, toutefois sont en diminution ces dernières années (-16 % et -17 % par rapport à 2015). Les cambriolages sont les délits pour lesquels les résident∙e∙s bruxellois∙e∙s déclarent avoir le plus porté plainte auprès des services de police, avec un taux de plainte de 80 % d’après l’Enquête Régionale de Sécurité 2018. Cela peut être dû à la nécessité d’un PV pour l’assurance. Mais outre le préjudice matériel et financier, les cambriolages d’habitations peuvent aussi causer des dommages psychiques ou traumatismes aux victimes.

À noter que l’escroquerie sans et avec Internet est inté­grée dans la thématique «Trafic et fraude », l’obtention des biens n’étant pas due à la contrainte, mais à l’usage de manoeuvres ou moyens frauduleux (faux nom, fausse qualité).

Une dernière catégorie concerne les destructions et dégradations de biens mobiliers et immobiliers, qui incluent les vandalismes (91 %), incendies et graffitis. Le nombre d’actes de vandalisme est, néanmoins en baisse (-16 % entre 2015 et 2019).

Stratégie

Les acteurs de la prévention et de la sécurité en Région de Bruxelles-Capitale et leurs partenaires développent leurs actions et projets pour répondre aux mesures suivantes :

Réalisations

Les partenaires