Brussels Capital Region
Back to publications

Cahier de l'Observatoire n°3 - Résultats de l'enquête régionale de sécurité 2019

15 janvier 2021

Les entreprises jouent un rôle primordial en Région Bruxelles Capitale en ce qu’elles contribuent à l’économie en fournissant des emplois, des biens et des services, mais également, à la qualité de vie et au bien-être. Il paraît donc essentiel de cerner davantage les caractéristiques de la criminalité subie par ces acteurs, qui diffère de celle d’une personne physique, par les modes opératoires, la nature des atteintes ou l’ampleur des dommages. L’enquête régionale de sécurité réalisée en 2019 par BPS permet, pour la première fois, d’avoir une image de la sécurité au niveau des entreprises. Les objectifs de cette première édition étaient d’appréhender les perceptions de la sécurité des entreprises présentes sur le territoire régional, de caractériser la victimation des entreprises et les impacts de celle-ci, et d’approcher les mesures de préventions déployées. 800 enquêtes ont été menées par téléphone et divisées en deux échantillons égaux touchant d’un côté les personnes physiques-travailleurs indépendants (PP) et de l’autre les personnes morales (PM). 


Tout d’abord, on retiendra, d’une part, le haut taux de satisfaction concernant la sécurité au sein du quartier d’implantation (61% des PP et 66% des PM satisfaites ou très satisfaites). Et, d’autre part, la fréquence élevée du sentiment de sécurité : 73% des PP et 71% des PM ne se sentent jamais ou se sentent rarement en insécurité.


Pourtant la victimation subie est à la fois fréquente (83% des PP et 89% des PM ont subi au moins un fait au cours des 12 mois précédant l’enquête) et multiple (66% des PP et 75% des PM ont été victimes d’au moins deux faits différents durant les 12 mois précédant l’enquête). Celle-ci est principalement caractérisée par l’importance de comportements inciviques : dépôt de déchets/immondices, agressivité/violence verbale et autres comportements dérangeants sont les faits de victimation les plus fréquents. A côté de ces phénomènes, les atteintes aux biens sont également répandues et multiformes. De nombreuses entreprises ont en effet déclaré avoir subi des dégradations de la propriété (29% PP; 40% PM), des faits de hacking/phishing (27% PP; 32% PM) ou encore des vols de marchandises (21% PP ; 32% PM).


En ce qui concerne les mesures de prévention, on notera que si environ une entreprise sur deux (45% PP ; 54% PM) juge son niveau de protection fort ou très fort, 30% des PP et 18% des PM indiquent n’avoir pris aucune mesure de sécurité. Dans les autres cas, les mesures mises en place sont surtout électroniques et mécaniques. Et afin d’augmenter la sécurité au sein de la Région, les entreprises préconisent surtout la présence visible accrue des acteurs de la chaine de prévention et de sécurité ainsi que l’utilisation de caméras de surveillance dans l’espace public. 
Les résultats détaillés dans ce cahier font aussi ressortir qu’il existe des différences  de caractère sectoriel ou territorial. Dans ce sens, les réponses aux phénomènes de criminalité exposés devront s’adapter, sur le terrain, aux différentes réalités des professionnels œuvrant sur le territoire régional.