Brussels Capital Region
Retour à la presse

La situation épidémiologique est suivie très attentivement en Région bruxelloise

Suite au dépassement du seuil de 20 cas par semaine / 100.000 habitants sur 10 communes de la RBC, plusieurs réunions de coordination se sont tenues à l’initiative de la Haut-Fonctionnaire, du Ministre-Président et du Ministre de la Santé et des services de la Commission Communautaire Commune.

Le système de monitoring basé sur des indicateurs d’alerte avait déjà motivé la tenue d’une première réunion ce jeudi 30 juillet, rassemblant des représentants des coupoles hospitalières et de la médecine générale, Sciensano, les services du Collège et l’inspection de l’hygiène communautaire et fédérale, pour partager l’évaluation de la situation sanitaire de la COVID 19 sur le territoire de la RBC, du point de vue des partenaires hospitaliers et extra-hospitaliers, ainsi que la question de l’articulation du testing entre la première ligne et les hôpitaux. 

Ce jour, les services de la Cocom ont réuni un comité scientifique, tel que prévu dans le document de gestion de crise de la Région : s’y trouvaient réunis les inspecteurs d’hygiène communautaire et fédéral, des experts scientifiques (infectiologues, sociologue, épidémiologistes).  Après examen de la situation épidémiologique, ces experts ont adressé des recommandations à la cellule de crise.

La cellule de crise  qui rassemble les acteurs de toutes les disciplines de la sécurité a été réunie à 15h, et a été suivie d’une réunion avec les Bourgmestres à 16H30. Lors de ces réunions, il a été constaté que le cap des 20 cas par semaine sur 100.000 habitants est dépassé dans 10 communes de la Région, sans qu’il n’y ait de clusters clairement identifiés. On constate une situation diffuse sur l’ensemble de la Région. La majorité des cas identifiés touchent la tranche 20-49 ans, avec une médiane en dessous de 30 ans. On assiste donc à une recrudescence qui justifie une attention particulière de chacun.

L’ensemble des partenaires réunis rappellent la nécessité de respecter strictement les mesures déjà prise par le CNS dès ce lundi 27 juillet :

  • Bulle sociale de cinq personnes maximum par famille : ce qui signifie que les membres d’un noyau familial ne peuvent, tous ensemble, rencontrer que les cinq mêmes personnes durant tout le mois d’août, dans un contexte où la distanciation physique risque de ne pouvoir être respectée.  Il faut rappeler que nombre de contaminations semblent se produire dans le milieu familial ;
  • Rassemblement limité à 10 personnes maximum, dans le respect de la distanciation physique – et le port du masque quand celui-ci est obligatoire.  Cela inclut les fêtes privées (mariage, barbecue, etc….)
  • Evènements (sportifs, culturels…) limités à 100 personnes en intérieur et 200 en extérieur.
  • Obligation de l’enregistrement des données personnelles (déjà pris pour l’horeca, étendu à d’autres endroits : salle de sport, centre de bien-être, piscine, salle de jeu, salle de réception et de fête).
  • Pas de « fun shopping » : limitation à une seule personne, pour 30 minutes.

Concrètement, sur le terrain, après une phase de sensibilisation, des sanctions seront désormais appliquées par les autorités pour faire respecter ces mesures.


Quant au suivi de la pandémie, il est rappelé qu’aujourd’hui, et depuis le 3 juin, les services de la Cocom sont en communication journalière avec un « SPOC » (single point of contact ») dans chaque commune à qui sont communiqués toutes les informations épidémiologiques concernant leur territoire.  Si des clusters  ou  des variations anormales apparaissent, les services analysent avec la commune les situations particulières, par quartier, voire rue par rue.  La situation est donc connue et suivie quotidiennement commune par commune, et quartier par quartier.

Suite à la réunion avec les bourgmestres, il a été décidé que cette information leur sera également directement adressée ; ils pourront ainsi suivre au plus près, personnellement, l’évolution de la situation sur leur territoire.
Tous les partenaires entendent poursuivre la sensibilisation de la population, à tous les niveaux, par la communication.
Outre la campagne menée par le Fédéral vers le grand public, la Région va lancer la deuxième phase de sa campagne de communication ciblée vers le public 14-25 ans. Visible sur https://bps-bpv.brussels/fr/campagne-jexisteautrement.
La Cocom, en collaboration avec les communes, va poursuivre des campagnes dans des langues différentes (jusqu’à 33 langues) concernant les symptômes, les gestes-barrières etc…

La situation est donc suivie très attentivement, et des mesures complémentaires pourront être adoptées rapidement en fonction de l’évolution de la situation.