Brussels Capital Region
Retour aux actualités

Le système d'alerte par sms BE-Alert sera testé ce jeudi à Bruxelles

Le jeudi 7 avril prochain, les services du Haut fonctionnaire et le Centre de crise national vont procéder à l’envoi de sms basés sur la localisation des citoyens présents ce jour-là sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Cette action poursuit un double objectif: tester les infrastructures et de la capacité des opérateurs téléphoniques dans le cadre d’un envoi massif de sms dans un intervalle de temps réduit mais aussi faire la promotion de l’outil Be-Alert auprès de la population présente sur le territoire bruxellois.
 
L’exercice s’inscrit dans la journée nationale de test du système BE-Alert qui a lieu trimestriellement, le premier jeudi du mois, et lors de laquelle les autorités fédérales peuvent tester le système.
 
Le système BE-Alert peut être utilisé par les autorités locales, provinciales et nationales pour avertir les citoyens lors d'une situation d'urgence. Pour utiliser le système aussi efficacement que possible lors d'un incident, il est important d'organiser régulièrement des moments de test.
 
Sophie Lavaux, haut fonctionnaire : « A Bruxelles, le nombre de personnes inscrites dans le système s’élève à 65.000, ce qui reste relativement faible. Nous avons donc décidé de nous inscrire dans cette journée de test afin de sensibiliser la population bruxelloise à l’importance de pouvoir être alerté, si nécessaire, par appel vocal, SMS ou e-mail, en cas de survenance d’un incident sur le territoire bruxellois et de pouvoir adopter les bons réflexes. Nous nous associons à tous nos partenaires communaux et de la prévention, de la sécurité et du secours pour donner à cette action le plus grand retentissement possible. »
 
Inscrivez-vous gratuitement via www.be-alert.be
Même s'il est possible de recevoir un sms sur base de la localisation, il reste important que les citoyens bruxellois s’inscrivent dans BE-Alert ce qui leur permettra d’être avertis lors d'une situation d'urgence dans les environs de leur domicile même s’ils ne sont pas sur place à ce moment-là. Panne de courant, pollution de l'eau potable, évacuation d’un quartier suite à une situation d'urgence sont autant de situation qui pourraient justifier l’envoi d’un Be-Alert.
 
Rudi Vervoort, Ministre-Président : « L’inscription à BE-Alert est gratuite et peut faire la différence lors d’une situation d’urgence. Ne perdez plus de temps, recevez directement et sans délais les messages des autorités publiques en cas d’urgence. Soyons toutes et tous les acteurs de notre sécurité, soyons nombreux à nous inscrire sur BE-Alert. »

 
Des messages/visuels seront diffusés par les médias sociaux de Bruxelles Prévention et Sécurité, en parallèle à l’envoi des SMS. Ceux-ci encourageront les citoyens à s’y inscrire encore davantage afin de pouvoir recevoir directement et sans délais des messages des autorités communale, régionales ou fédérale en cas de situation d’urgence. Un kit de communication est mis à votre disposition dans ce cadre.

 
Protection de la vie privée
Dans le cadre du ce système d'alerte, le règlement général sur la protection des données (RGPD) est strictement suivi. Aucune autorité n’a accès aux données des citoyens, via le mode Alert SMS. La détection des GSM présents dans une zone se fait en dehors du système BE-Alert et uniquement au niveau des opérateurs. Il n’y a aucun échange de données entre les opérateurs et le système BE Alert. Il est impossible pour les autorités d’identifier les personnes, ni même les numéros de GSM présents dans la zone déterminée.
 
Mettre le système à l’épreuve
Grâce à ce type de tests de grande ampleur, il est possible d’analyser la capacité et la vitesse de BE-Alert tout en identifiant d’éventuels points d’amélioration. Le Centre de crise National effectuera une analyse minutieuse du test lorsqu’il sera terminé.