Brussels Capital Region
Retour aux actualités

Nouveau cahier : une vue régionale sur les traitements de substitution aux opiacés

Les données sur les problématiques d’assuétude sont, de coutume, principalement basées sur la consommation auto-rapportée via des enquêtes de santé. L’analyse proposée mobilise la banque de données de l’INAMI, relative aux prestations effectuées par les pharmacies publiques et remboursées par l’assurance soins de santé obligatoire.
L’approche multidisciplinaire qui en résulte (socio-sanitaire, de santé publique et de réduction des risques) contribue au développement d’une meilleure connaissance de l’usage des drogues (ici, les opiacés) en Région de Bruxelles-Capitale.


Grâce au Cahier hors-série « Les  traitements  de  substitution aux opiacés  en  Région  de Bruxelles-Capitale », le profil des personnes sous traitement de substitution aux opiacés, mais aussi des médecins qui les prescrivent, est mieux connu. On en sait aussi plus sur la manière dont ces traitements sont délivrés dans les pharmacies de la Région. Ces nouvelles connaissances pourront contribuer utilement à la mise en place de dispositifs de prévention adaptés à la réalité aux niveaux régional et communal. 

Cette étude de la dépendance aux opiacés et de l’accessibilité des TSO met également en lumière la nécessité d’un accompagnement médical individualisé, qui participe à la diminution de la consommation d’opiacés de rue et à la réduction des activités délinquantes associées. 

Qui sont les patients sous TSO ?
Figure 1 : évolution du nombre total de patients sous TSO en RBC - Transit.

En 2018, en moyenne 3 personnes sur 1000 parmi la population âgée de 18 à 64 ans étaient sous TSO. 
Entre 2013 et 2018, on observe une diminution de 10% du nombre de patients répertoriés en RBC (2234 en 2018). 
50% des patients concernés se concentrent dans quatre communes (Bruxelles-Ville, Schaerbeek, Anderlecht, Ixelles). 
L’âge moyenne des patients est de 47 ans, et 80% d’entre eux sont des hommes. Si l’âge moyen tend à s’élever, la distribution par genre reste stable sur les 6 années étudiées. Pour ces deux indicateurs, on observe des variations selon les communes (de 45 à 49 ans pour l’âge moyen ; 61% à 87% d’hommes parmi les patients). Plus une commune est aisée, moins elle compte de patients et plus la part des femmes parmi ceux-ci est élevée. 
 

Combien de consommateurs d’opiacés y a-t-il en Région bruxelloise ?
Les traitements de substitution aux opiacés (TSO) étudiés par l’ASBL Transit permettent d’estimer la part des personnes dépendantes aux opiacés sur le territoire de la RBC à 4 à 7 pour 1000 habitants, selon la méthode de calcul utilisée. 
 

Quels sont les types de TSO les plus fréquents dans la Région bruxelloise ?
Figure 10 : TSO en RBC - Proportion du type de prescriptions par année - Transit.

Différents types de traitement existent : un patient peut se voir prescrire le même principe actif tout au long de sa prise en charge ou recevoir différentes substances. 
Les deux actifs utilisés en Belgique sont la méthadone et buprénorphine (sous deux formes : Subutex® et Suboxone® ). La grande majorité des patients sous TSO en 2018 a reçu de la méthadone (1985 patients, dont 1926 l’ont reçue exclusivement). La part de la méthadone est toutefois en diminution : de 89% en 2013 à 85% en 2018.


Comment les patients obtiennent-il les traitements de substitution aux opiacés ?
905 médecins différents ont prescrit les TSO délivrés en RBC en 2017, dont 707 exerçant dans la Région. La majorité de ces prescripteurs bruxellois (67%) sont des médecins généralistes – ce qui représente un peu moins du tiers des généralistes répertoriés en RBC. La plupart des médecins prescrivent assez peu : seuls 10% des prescripteurs ont prescrit un TSO plus de 100 fois sur un an. 
En 2018, 76% des pharmacies de la RBC ont délivré au moins un TSO (entre 44% et 92% selon les communes). Les traitements délivrés concernent aussi bien des patients domiciliés en RBC qu’en-dehors de celle-ci. En effet, en 2018, 15% des patients avec délivrance en RBC n’y résident pas.
 

Envie d’en savoir plus ? 
Consultez le Cahier hors-série « Les  traitements  de  substitution aux opiacés  en  Région  de Bruxelles-Capitale »
 

Des questions ?
Contactez l’OBPS : obps@bps.brussel